L'associazione Utopia Rossa lavora e lotta per l'unità dei movimenti rivoluzionari di tutto il mondo in una nuova internazionale: la Quinta. Al suo interno convivono felicemente - con un progetto internazionalista e princìpi di etica politica - persone di provenienza marxista e libertaria, anarcocomunista, situazionista, femminista, trotskista, guevarista, leninista, credente e atea, oltre a liberi pensatori. Non succedeva dai tempi della Prima internazionale.

giovedì 14 aprile 2016

MAYA VIENT DE NOUS QUITTER, de Michel Antony

Sa chaleur humaine, son ouverture, ses colères et sa grande gueule libertaire nous manquent déjà… Il lui arrivait d’être plus chiante que moi en réunion ce n’est pas peu dire.
Maya est connue pour ses engagements politiques et féministes, souvent mêlés (voir fiche AFP ci-dessous), elle est moins citée pour son rôle majeur dans les mouvements pour la défense des services publics et pour une santé de proximité, démocratique et égalitaire, comme dans le Collectif national contre les franchises, dans Notre Santé en Danger ou dans le vaste mouvement autour des Lilas et de son emblématique maternité… Elle est venue maintes fois aux Rencontres nationales et aux débats de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, et malgré la fatigue, elle restait souvent jusqu’au bout depuis l’arrivée du vendredi soir jusqu’à l’assemblée générale du dimanche matin.
Je voudrais juste évoquer 4 instants parmi tant d’autres…

- Notre Rencontre d’Arcachon-Cazaux en mai 2010. Lorsque j’introduis les orateurs, je leur recommande de parler 10 mn maxi pour ne pas limiter le débat avec la salle. Tous sont Ok mais lorsque c’est le tour de Maya, alors que nous venons juste de plaisanter avec grand clin d’œil tous les deux, elle me fusille de son regard noir et de sa voix de tribun inoubliable elle hurle à la salle que personne n’a jamais pu la faire taire et la limiter. C’était tout elle, capable de passer de la gentillesse la plus douce, de l’auto-ironie, à l’attaque frontale énergique contre tout ce qui se présentait.

- Un soir à la fête de l’Humanité, vers 2011 ou 2012 je crois, on organise une tribune sur les maternités, le droit des femmes et la défense de l’IVG. 5 ou 6 femmes, et je crois que j’étais en tribune le seul homme (peut être deux si ma mémoire ne flanche pas trop). Avec une ironie mordante, Maya me glisse à l’oreille ; bon on accepte les minorités ici, mais tu n’as pas intérêt à monopoliser la parole. Bon ben j’étais prévenu, car derrière le sourire ironique se dissimulait à peine l’énergie batailleuse. Et pour monopoliser la parole, elle parlait en vraie connaisseuse.

- aux Rencontres de Nantes en juin 2013, très importantes pour moi puisque j’abandonne la présidence occupée depuis 2006, on se retrouve à discuter avec Maya et notre cher grand pote Jean V. On évoque Cuba. Je lui explique alors que je vais faire en Sicile une conférence sur le “Che, libertaire ou non ?”. Et là elle se lâche, elle se raconte, son long périple à Cuba durant de nombreuses années, ses travaux dans différents milieux dont l’enseignement, ses conflits et ses haines pour un pays qu’elle aime toujours mais dont elle recrache à jamais le despotisme. Elle parle de ses jeunes années (chose rare, en tout cas avec moi), des découvertes parfois mêmes romantiques de l’île caraïbe (oui c’est bien de Maya dont il s’agit) et souhaite m’accompagner à Sélinonte, localité qui lui donne grande envie de voyage. Bon sang Maya pourquoi ne m’as tu pas accompagné, et en plus cela m’aurait reposé, je n’aurais pas pu en placer une.

- aux Rencontres de Creil des 13-15 novembre 2015 qu’on a failli ne pas pouvoir tenir à cause des attentats parisiens de la veille, Maya est très pâle. Sans doute déjà très affaiblie. Elle est marquée par son Paris agressé et s’épanche en me parlant d’ami-e-s qui vivent proches du Bataclan. Plus d’éclats de voix désormais. On s’embrasse fortement lors de son départ, discret pour une fois, et c’est pour moi tristement la dernière fois que je la vois de près.

Dans notre monde hyper conventionnel, où l’on hésite à dire les choses, où notre attitude policée conforte en fait les pouvoirs dominateurs et forcément réducteurs de toute nature et émiettent progressivement nos qualités démocratiques, Maya va laisser un très grand vide. Sa manière de nous remuer qui parfois nous énervait fortement quand la réunion s’éternisait et qu’elle ne faisait rien pour contribuer à bien la terminer, est une extraordinaire qualité pour la démocratie que nous voulons plus directe et plus citoyenne, même si ce n’était pas toujours en faveur de l’efficacité. Gueuler c’est la vie, le conflit chaleureux, c’est la vie, l’exigence et la radicalité, c’est ce qui nous permet d’avancer et relance nos espoirs.
Et toi Maya tu ne vas plus nous aider à réagir en ce sens.
Muchos besos y abrazos. “Salud” fraternal y hasta luego, compañera.
___________

Mort de Maya Surduts, grande dame du féminisme

AFP, publié le 13 avril

Disparition: la militante féministe Maya Surduts, qui s’est battue notamment pour le droit à l’avortement, est décédée à l’âge de 79 ans

La charismatique militante féministe Maya Surduts, qui avait lutté depuis les années 1970 pour le droit à l’avortement, à la contraception et contre les violences faites aux femmes, est décédée mercredi à Paris à l’âge de 79 ans.
Présidente et cofondatrice de la Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (Cadac), co-créatrice et porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes (Cndf), Maya Surduts était née à Riga (Lettonie) en mars 1937, d’un père physicien. “Une grande féministe, une grande gueule, une grande dame a lâché son drapeau rouge. Nous sommes si tristes. Immenses adieux à Maya Surduts”, s’est émue la ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol sur son compte Twitter.
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, lui a également rendu hommage sur Twitter: “Une grande militante des droits des femmes nous a quittés. La force de l’engagement et la détermination de Maya Surduts vont nous manquer.”
Arrivée en France en 1938 avec sa famille, Maya Surduts rejoint ensuite l’Afrique du Sud, puis part aux États-Unis à partir de 1962, où elle participe au mouvement contre la ségrégation. Elle rejoindra ensuite Cuba et en sera expulsée en 1971.
De retour en France, elle devient l’une des figures incontournables du féminisme.
“Maya a énormément apporté à la cause féministe. Depuis les années 70, elle a été de toutes les grandes batailles féministes: pour la légalisation de l’avortement, contre le viol et les violences faites aux femmes”, dit à l’AFP Suzy Rojtman, du Collectif national pour les droits des femmes.
Maya Surduts avait aussi fondé en 1985 le Collectif féministe contre le viol avec Nathalie Bourdon et Suzy Rojtman.
“Du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception) à la Cadac, de Révolution à la LCR, toutes celles et ceux qui ont eu le bonheur de militer avec elle, n’oublieront pas, ni sa voix aussi grave que les combats qu’elle portait, ni sa détermination aussi farouche que son engagement”, écrit encore Laurence Rossignol dans un communiqué.
“Maya Surduts incarnait le combat pour l’égalité femmes-hommes qu’il nous appartient de poursuivre”, a relevé pour sa part la secrétaire d’Etat chargée des Personnes âgées Pascale Boistard.
Le Haut Conseil à l’Égalité salue lui aussi une “combattante pour les droits des femmes, restée déterminée jusqu’au bout”.
“Charismatique, elle a imprimé sa marque dans le mouvement féministe et restera une personnalité inspirante pour les plus jeunes militant.e.s. Maya a été, toute sa vie, une révolutionnaire entière: pour le progrès social, contre le racisme, pour le droit à l’avortement”.
Pour Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, cette “grande figure du féminisme a aussi marqué (…) tous les combats pour l’émancipation de la gauche française”. Maya Surduts, a-t-il ajouté, “n’a jamais cédé ni sur la dénonciation de la domination sexiste et patriarcale, ni sur celle de l’exploitation”.
Quant à la CGT, elle rend hommage à “cette grande militante, combattante engagée et reconnue”. “Nous garderons en mémoire sa ténacité, nous nous engageons à continuer ce combat aussi vigoureusement aux côtés des organisations féministes”, ajoute le syndicat.

Nella diffusione e/o ripubblicazione di questo articolo si prega di citare la fonte: www.utopiarossa.blogspot.com

RED UTOPIA ROJA - Principles / Principios / Princìpi / Principes / Princípios

a) The end does not justify the means, but the means which we use must reflect the essence of the end.

b) Support for the struggle of all peoples against imperialism and/or for their self determination, independently of their political leaderships.

c) For the autonomy and total independence from the political projects of capitalism.

d) The unity of the workers of the world - intellectual and physical workers, without ideological discrimination of any kind (apart from the basics of anti-capitalism, anti-imperialism and of socialism).

e) Fight against political bureaucracies, for direct and councils democracy.

f) Save all life on the Planet, save humanity.

(January 2010)

* * *

a) El fin no justifica los medios, y en los medios que empleamos debe estar reflejada la esencia del fin.

b) Apoyo a las luchas de todos los pueblos contra el imperialismo y/o por su autodeterminación, independientemente de sus direcciones políticas.

c) Por la autonomía y la independencia total respecto a los proyectos políticos del capitalismo.

d) Unidad del mundo del trabajo intelectual y físico, sin discriminaciones ideológicas de ningún tipo, fuera de la identidad “anticapitalista, antiimperialista y por el socialismo”.

e) Lucha contra las burocracias políticas, por la democracia directa y consejista.

f) Salvar la vida sobre la Tierra, salvar a la humanidad

(Enero de 2010)

* * *

a) Il fine non giustifica i mezzi, ma nei mezzi che impieghiamo dev’essere riflessa l’essenza del fine.

b) Sostegno alle lotte di tutti i popoli contro l’imperialismo e/o per la loro autodeterminazione, indipendentemente dalle loro direzioni politiche.

c) Per l’autonomia e l’indipendenza totale dai progetti politici del capitalismo.

d) Unità del mondo del lavoro mentale e materiale, senza discriminazioni ideologiche di alcun tipo (a parte le «basi anticapitaliste, antimperialiste e per il socialismo.

e) Lotta contro le burocrazie politiche, per la democrazia diretta e consigliare.

f) Salvare la vita sulla Terra, salvare l’umanità.

(Gennaio 2010)

* * *

a) La fin ne justifie pas les moyens, et dans les moyens que nous utilisons doit apparaître l'essence de la fin projetée.

b) Appui aux luttes de tous les peuples menées contre l'impérialisme et/ou pour leur autodétermination, indépendamment de leurs directions politiques.

c) Pour l'autonomie et la totale indépendance par rapport aux projets politiques du capitalisme.

d) Unité du monde du travail intellectuel et manuel, sans discriminations idéologiques d'aucun type, en dehors de l'identité "anticapitaliste, anti-impérialiste et pour le socialisme".

e) Lutte contre les bureaucraties politiques, et pour la démocratie directe et conseilliste.

f) Sauver la vie sur Terre, sauver l'Humanité.

(Janvier 2010)

* * *

a) O fim não justifica os médios, e os médios utilizados devem reflectir a essência do fim.

b) Apoio às lutas de todos os povos contra o imperialismo e/ou pela auto-determinação, independentemente das direcções políticas deles.

c) Pela autonomia e a independência respeito total para com os projectos políticos do capitalismo.

d) Unidade do mundo do trabalho intelectual e físico, sem discriminações ideológicas de nenhum tipo, fora da identidade “anti-capitalista, anti-imperialista e pelo socialismo”.

e) Luta contra as burocracias políticas, pela democracia directa e dos conselhos.

f) Salvar a vida na Terra, salvar a humanidade.

(Janeiro de 2010)